Conférence de RENAUD EGO : Une légende des yeux, lundi 30 juin 08, Aix-en-Provence

Publié le par La pensée de midi

Michèle Cohen est heureuse de vous inviter à la conférence de clôture du cycle VOIR OU ENTENDRE organisée en collaboration avec l'Ecole Supérieure d'Art d'Aix-en-Provence :

RENAUD EGO : Une légende des yeux

Lundi 30 juin 2008 à 19 h

Galerie LA NON-MAISON, 22, rue Pavillon - 13100 Aix-en-Provence
(réservation conseillée au 06 24 03 39 31)



"Comme quelques-uns de mes autres livres, Une Légende des yeux a débordé l'intuition initiale qui le fin naître pour bientôt s'inventer une ligne de vol que j'ai découverte à mesure qu'elle se déployait. Si tant est que je puisse aujourd'hui revenir à son impulsion première, il me semble que j'avais le désir de comprendre mieux mon propre regard. Comment est-ce que je regarde, qu'est-ce que je vois quand je regarde, qu'appelle-t-on une image ? Telles étaient les questions, simples en apparence, auxquelles je revenais, une fois encore, mais qui bientôt en appelèrent de nouvelles. Qu'est-ce que la vue, et qu'est-ce que la vision, comment les apparences du monde y ont-elles leur place et pourquoi faut-il vraiment sauver les apparences ? Par nos yeux, plus que par tout autre sens, le monde entre en nous qui sommes en lui ; nos yeux nous mettent au monde, à l'instant où ils nous emplissent de lui, et nous voilà bientôt sans plus de limite, moins enveloppés de notre peau qu'exposés à l'échange incessant que suscite notre être poreux. J'aurais pu me perdre dans ce tissu de questions, et si au-devant de laquelle, je me suis avancé avec le sentiment d'une joie intense. Au récit, ce livre emprunte la scansion propre de son écriture ; de l'essai, il possède l'ambition descriptive. Sa forme fragmentaire témoigne de la diversité des motifs qui furent son appui et qui dit tout autant les trouées qui peu à peu se sont ouvertes dans ce tissu des apparences dont nous avons tous la vue emplie. "Voyeur", "dépoli", "dénuement", "toucher", "lentilles", sont quelques unes des entrées de ce livre. Elles furent aussi pour moi autant d'occasions de m'en sortir. Entre chacune d'elles, de l'air circule, comme la présence la plus juste de l'inconnu qui me requiert et des sauts de pensée franchissant de grands laps qu'il me faudra un jour parcourir autrement. On peut donc lire Une légende des yeux d'un bout à l'autre mais aussi dans tous les sens. Ce ne fut pas pour moi une décision méditée mais une façon de jouer, de m'enjouer et m'approcher d'une liberté que dans chacun de mes livres, au fond, je souhaite expérimenter." 

Renaud Ego


Biographie 

Renaud Ego est écrivain, critique d'art et de littérature. Il est l'un des membres fondateurs de la revue "de littérature et de débats d'idées" La pensée de midi, publiée depuis 2000 par les éditions Actes Sud, et dont il vient de coordonner avec Michel Guérin le dernier numéro dont le thème est "Le Mépris" (www.lapenseedemidi.org)

Outre ses livres de littérature, poèmes et récit, il mène un travail de réflexion sur la peinture et la littérature, en particulier sur la question de l'image, commune à ces deux disciplines. Cela l'a conduit à voyager dans de très nombreux pays, à l'occasion de reportages culturels effectués pour des revues ou journaux français, ou à l'occasion de lectures et de conférences données dans diverses universités et institutions culturelles étrangères.

Parmi ses livres, Le Désastre d'Eden (1995), Tombeau de Jimi Hendrix (1996), L'Arpent du poème dépasse l'année lumière (2002), Le Vide étant fait (2004) et l'essai consacré à l'art rupestre d'Afrique australe, San, publié aux éditions Adam Biro (2000). Son dernier livre de poèmes, La Réalité n'a rien à voir, vient de paraître aux éditions Le Castrol Astral.

Auteur de très nombreux articles, consacrés notamment à la poésie contemporaine, il a édité les oeuvres complètes de Tomas Tranströmer (Poésie/Gallimard, 2004) et récemment dirigé et préfacé, aux éditions Christian Bourgois, Géologies historique et autres poèmes de Matthieur Messagier avec qui il a écrit les poèmes de Calendrier d'avants (2003).

Publié dans Rencontres

Commenter cet article