Romantisme et modernité, conférence par Michel Guérin

Publié le par La pensée de midi




Résumé de la conférence :

Stendhal, qui a rencontré Delacroix en 1823, est cité par Baudelaire dans les écrits où le poète critique d’art essaie, dès 1846, de cerner la « modernité » et « la vie moderne ». Delacroix mentionne Stendhal dans son Journal et se plaît à rappeler son conseil : « Ne négligez rien de ce qui peut vous faire grand ! » Baudelaire emprunte au « romanticisme » stendhalien, en même temps qu’il place Delacroix en tête d’un mouvement où romantisme et modernité viendraient à coïncider. Ce sont ces rencontres d’artistes, d’époques, de tons de voix et d’intentions éthiques ou esthétiques qu’on tentera de comprendre et d’interpréter entre romantisme et modernité – c’est-à-dire entre 1823 (Stendhal publie le premier Racine et Shakespeare) et 1863 (publication de l’article nécrologique de Delacroix par Baudelaire).

Publié dans Rencontres

Commenter cet article

kitapçi 25/05/2009 13:46

Ne négligez ni
amour et poésie

LE DESIR
par Mihai Eminescu (1850-1889)

Viens dans le bois, à la source
Frissonnant sur le gravier,
Où les tendres herbes se cachent
Sous les branches sur elles ployées,

Vers mes bras tendus cours vite,
Sur mon sein te laisse tomber,
Que je puisse défaire ton voile,
Du visage l'écarter.

Et sur mes genoux assise,
Seuls au monde nous resterons,
Du tilleul, toutes frémissantes,
Les fleurs sur toi glisseront.

Ton front blanc aux boucles blondes,
Sur mon bras tu pencheras
Et ta bouche aux douces lèvres,
La proie de ma bouche sera...

Nous ferons le si beau rêve,
Où s'emmêlent fredonnant,
Chants de sources solitaires,
De légers souffles du vent.

Endormis par l'harmonie
Du grand bois lourd de pensées,
Du tilleul, les fleurs en files,
Sur nous viendront s'amasser.